Un mur en pierres dans le Beaujolais (1/3)

mur pierre abimé

Voici un mur de clôture proche de Villefranche, au sud du beaujolais, long d’environ 17 mètres de long sur 1,5 mètre de haut en moyenne. Le mur est partiellement écroulé sur un parement, l’autre parement tient a cause de l’incrustation du ciment dans les joints.

mur en pierres dorée

La première étape était donc de rebâtir le parement écroulé. Ma première préoccupation était de savoir si j’allai laisser les couvertines ou les faire tomber pour des raisons de sécurité. J’ai tombé les premières qui étaient trop endommagées, et ai laissé les suivantes qui étaient plutôt stables. Deux guides et un cordeau plus tard le mur monte petit à petit, une assise après l’autre.

mur pierre écroulé

mur en pierre, parement écroulé

Le ciment à ici accéléré la dégradation du mur, celui-ci ne pouvant évacuer correctement son humidité, le mortier à base de terre qui liait les deux parements s’est dégradé. Les pierres n’étant pas assez encastré à l’intérieur du mur ( on parle de manque de boutisses ) ainsi qu’une disposition parfois en dévers ( CAD que la pente des pierres est orienté vers l’extérieur du mur, et que les pierres on tendance à glisser vers l’extérieur ).

mur pierre intérieur

On voit ici, que j’adopte un appareillage régulier, bien que les pierres ne soient pas équarries. J’utilise les pierres qui vont le plus profondément possible dans le mur, c’est ce que l’on appelle une disposition des pierres en boutisse, afin de donner un maximum de cohésion entre les deux parements. Le Mortier employé est un mortier de chaux et de sable. Le sable utilisé est un sable de Saône, pauvre en fines, je l’ai donc complété avec un peu de terre locale ( minérale ) tamisée. La terre teinte le mortier et colore les légèrement les joints.

joints chaux mur en pierre

Voilà, et il reste encore une bonne partie à rebâtir, la suite très bientôt…

vue du dessus mur en pierre

 

Un mur en pierres sèches dans le Beaujolais

Un client souhaitait réaliser un mur de soutenement, la première chose qui lui vint à l’idée était de poser des agglos creux, avec ferraillage et une bonne grosse dose de béton pour tenir le tout. Autant dire que dans un village typique en pierre dorée du beaujolais je trouvais cela un peu… dommage. Je lui ai alors proposé un mur en pierre sèche. Pierre sèche ? Kesako ? Comment ça il n’y a pas de ciment ? Mais ça tient comment ? Telles sont les questions du néophyte en la matière. Quelques explications :

mur pierre sèche, pierres dorées

Le mur en pierre sèche est un mur ou il n’y a en tout et pour tout que de la pierre. Le mur est maintenu par son propre poids, cela implique un appareillage très soigné et un calage minutieux des pierres pour les bloquer. Sur un mur de soutenement il y a grosso modo 2 appareillages possibles : régulier ou opus incertum. L’opus incertum consiste à organiser les pierres de manière non régulière, un genre de « chaos organisé », la pierre dorée étant un calcaire lité, cette pierre ce prête d’avantage à un appareillage régulier, avec des assises droites. En gros on dispose les pierres en rangs, et si on est exigent en posant la règle et le niveau tout doit être droit. Autant dire que pour beaucoup c’est se compliquer la vie et que les artisans maçons rechignent un peu à proposer ce type d’ouvrage. Qu’importe ! La pierre sèche est avant tout affaire de passion et de respect du travail réalisé par les anciens qui n’avait pas les mêmes moyens qu’aujourd’hui. Et encore, avec zéro moyen et du temps, ils sont parvenu à réaliser des ouvrages aujourd’hui multi-centenaires, objectif que le béton armé aura du mal à tenir.Décaissement fondations mur en pierre sèche

Bref revenons à nos moutons, comment monte t’on un mur en pierres sèches ? Tout d’abords il faut commencer par décaisser et préparer les fondations. Travail fastidieux quand on se trouve sur un socle rocheux, mais en même temps gage de stabilité pour l’ouvrage. Une fois que l’on à pu obtenir une semelle de départ à peu prêt droite, on peu monter le premier rang, puis le deuxième pour arriver à quelque chose de réellement plan. Chaque pierre doit avoir 5 de ses 6 face totalement droites, sans bosses, ni pentes vers l’extérieur ( le dévers ), ce qui demande du coup un peu de taille de pierre. Si les pierres proviennent d’un banc bien droit, ou que l’on commande des moellons déjà équarris ce travail est réduit, si comme moi on décide de prendre les pierres du terrain… accrochez vous, ce sont des journées de tailles qui vous attendent. Qu’importe ça forge l’âme, c’est en taillant que l’on devient un bon maçon du patrimoine, c’est ce que je me dit du moins.

premier rang pierre sèche

mur en pierre sèche, pierre dorée de Charnay mur en pierre sèche, pierre dorée du beaujolais

Il est courant que même en ayant un pierre bien droite, celle-ci une fois posée ait encore  du jeu. Pour cela on va utiliser des « fourrures », non pas celle des animaux ! Les fourrures sont les résidus de la taille de pierre, des éclats fin avec un angle très aigus. Idéal pour caler les grosses pierres. Et enfin derrières les pierres de parement on ne va pas mettre directement de la terre, mais de petites pierres sans formes particulière, le reste des résidus de la taille de pierre. Cela a pour but de faciliter l’écoulement de l’eau, c’est un drain naturel. Comme quoi en pierre sèche, il n’y a pas de déchets, tout se réutilise.

mur pierre sèche, pierres dorées mur pierre sèche, moellons équarris

Chantier réalisé à Charnay, près de Lyon, dans le Rhône.