Enduit chaux chanvre dans une maison en pisé

Enduit chaux chanvre

Nos vieilles bâtisses en pisé sont de plus en plus reconnues pour leurs exceptionnelles capacités à réguler la température et l’humidité à l’intérieur des pièces a vivre. Mais il est vrai que la terre n’est pas le meilleur des isolants. Pour conserver toutes les propriétés de ces murs massif, tout en réduisant l’impression de froid il existe un bon compromis : l’enduit correcteur thermique. On ne parle pas d’enduit isolant, car ici l’épaisseur n’est pas suffisante pour isoler totalement une pièce. Néanmoins en isolation, ce sont les premiers centimètres les plus efficaces et un enduit de 4 – 5 cm de faible conductivité thermique suffit à couper le rayonnement froid que peu avoir un mur en terre, sans fermer le support et couper les échanges d’humidité.

Ici le vieil enduit plâtre qui recouvrait la pièce.

Enduit plâtre sur mur en pisé

Le mur dégagé.

mur en pisé mis a nu

Voilà pour la partie scientifique, pour ce qui est du concret il à été choisi de réaliser un enduit chaux chanvre, qui se prête aussi bien au support terre que sur des murs en pierres. Pour cela il nous faut du chanvre, de la chaux aérienne, un agrégat pouzzolanique ( ici du sable de ponce ) pour activer la carbonatation à coeur. On utilise une chaux aérienne, ou bien une chaux formulée pour le chanvre, plutôt que les classiques chaux hydrauliques, car celles-ci fond leur prise à l’eau, qui, elle, est absorbé par le végétal, ce qui « grille » la prise.
Au niveau matériel il nous faut une grosse bétonnière ou un malaxeur à chanvre. Ici la « grosse berta » nous à servi à faire la préparation.

Malaxeur à chanvre

La particularité de la chaux aérienne : celle ci ne fait sa prise qu’a l’air, on peut en conséquent laisser reposer une chaux aérienne hydratée ou un mélange chaux chanvre à l’abris de l’air, comme dans une cuve par exemple avec quelques centimètres d’eau. Pour cet enduit les deux essais on été effectués, laissé reposer la chaux, seule dans l’eau, et laisser reposer le mélange chaux – chanvre. Pourquoi donc « laisser reposer » comme je dis ? La chaux aérienne en poudre lorsqu’elle est hydratée un certain temps est plus plastique, colle mieux, elle prend des propriétés de la chaux aérienne en pâte, sans pour autant l’égaler. La différence entre un mélange chaux – chanvre qui vient de sortir du malaxeur et un mélange qui à reposé 24h est saisissante.

Cuve de repos du mélange chaux chanvre

Il est donc utile de malaxer le mélange la veille avant de le projeter contre le mur, pour cela il faut des cuves ou bien de nombreuses poubelles. Nous disposions d’une cuve de 300L et de 3 poubelles de 80L pour 20m2 d’enduit. Il faut donc 2 fournées pour réaliser 4-5cm d’enduit sur une surface de 20m2.

La partie la plus technique reste l’application, comme pour la plupart des enduits, ils existent de nombreuses possibilités d’application : projeté à la truelle ou au sablon, appliqué au platoir ou à la taloche bois. Pour ma part je recommande le « dressage à l’italienne » c’est à dire l’application à la taloche en écrasant le mortier de bas en haut. La projection à la main, en plus d’être laborieuse pour un non initié éclabousse l’opérateur, le mélange étant riche en chaux il est très agressif pour la peau comme vous pouvez le constater, ce qui demande de se protéger mains et avant bras.

Il peut y avoir des retouches préalable à effectuer avant l’application de l’enduit, ici quelques trous à reboucher et une fissure dans un angle de mur. L’enduit de bouchage peut se composer de terre à pisé adjuvanté avec une part de chaux et quelques fibres.

fissure sur mur en pisé

fissure colmatée sur mur en pisé
L’application se fait en 2 couche précedées d’un gobetis pour avoir l’accroche suffisante. L’application du gobetis se fait avec le geste du jeté truelle, ou bien à la tyrolienne pour les moins expérimentés.

gobetis à la chaux sur mur en pisé gobetis à la chaux

La première couche de chaux – chanvre, le corps d’enduit, qui dresse la surface et corrige des différences de planéité du mur.

corps d'enduit chaux chanvre sur mur en pisé

corps d'enduit chaux chanvre sur mur en pisé

Dressage de l’enduit de finition, l’application se fait à la taloche ce qui permet de poser l’enduit et de dresser en une seule étape.

couche de finition chaux chanvre sur mur en pisé

Afin d’avoir un aspect fini convenable, on passe un coup de lisseuse sur l’enduit, afin de bien faire renter les brins de chanvre dans l’enduit.

aspect enduit chaux chanvre

Il est possible de terminer avec une couche de chenevotte fine afin d’avoir un rendu plus travaillé, mais cela nécessite une étape supplémentaire. Si le rendu de l’enduit végétal ne vous convient pas, il est également possible d’appliquer un badigeon ce qui aura pour effet de rendre la surface homogène et de dissimuler les brins de chenevotte.

Enduit de finition chaux chanvre sur mur en pisé
Chantier réalisé à La Verpillière, dans l’Isère (38), Rhône-Alpes

 

Enduit à la chaux intérieur et badigeon blanc

Enduit chaux badigeon

Nous voici dans une pièce destinée à devenir un coin cuisine – salon – salle à manger. La pièce ne dispose que d’une fenêtre orienté Nord-Est pour laissé entrer la lumière. L’enjeu était donc d’apporter un maximum de lumière à cette pièce. Un vieil enduit de chaux, recouvert de plâtre, prêt à tomber recouvrait ce pan du mur. Ici l’apport de lumière était plus important que de conserver les pierres apparente, et il aurait été dommage de recouvrir les encadrements de porte avec un doublage placo. On opta donc pour un enduit blanc à la chaux.

Rappel sur les enduits à la chaux :

Un enduit à la chaux est généralement composé de 3 couches :

– Le gobetis, une couche d’accroche très liquide et très chargée en liant ( 1 vol de chaux, 1 à 2 vol de sable )
– Le corps d’enduit, une couche de dressage, qui va aplanir la surface
– La finition, qui va donner l’aspect fini de l’enduit

Éventuellement d’autre couches de finitions : laits de chaux ( badigeon, eau forte, patine ), stucs, etc…

Les enduits à la chaux demande des techniques de mise en œuvre bien particulières, et chaque chantier a son lot de surprise, plus souvent mauvaises que bonnes. C’est pour cela que j’ai suivi une formation avancée à l’Ecole d’Avignon en ce qui concerne les enduits et les finitions.

La première étape est donc le gobetis, c’est une étape assez salissante car le mortier très liquide à tendance à éclabousser. À réaliser avec un salble grenu, ( 0/4, ou 0/5) lavé. C’est une couche visant à salir le support pour faire adhérer la couche suivante.

Gobetis à la chaux

Gobetis à la chaux

La seconde étape est le corps d’enduit ( 1 vol NHL2 ou 3,5 , 2,5 vol de sable ). Celui-ci doit être dressé sommairement, et pas taloché. L’aspect importe peu, vu qu’il sera recouvert. De plus un talochage aura pour effet de fermer le support et d’en limiter l’accroche. Vous pouvez simplement dresser à la taloche ou à la règle de 1m.

P1060631

Ne vous basez pas sur mes photos pour le rendu du corps d’enduit, car pour ma part j’avais tenté une finition à cette étape, mais, même avec une NHL2 l’enduit tirait trop vite, le support trop timidement humidifié, de plus la granulométrie ( 0/4) ne permet pas d’obtenir un résultat satisfaisant dans les angles ou les bords de pierres de taille.

corps d'enduit chaux

On n’échappe donc pas à la 3 eme couche qui donne quand même un rendu incomparable ( 1 vol de chaux / 3 vol de sable ).

Enduit de finition chaux sable

J’aime assez la couleur du sable et les marques du talochage, qui traduisent l’aspect manuel de ce métier. La chaux aérienne permet ce rendu, en évitant de blanchir à outrance l’enduit comme une chaux hydraulique, et en laissant un temps de travail plus long.

Enduit de finition chaux taloché

Enduit chaux aérienne

Mais ici pas question d’oublier son objectif : faire rentrer la lumière.

Dernière étape donc, le badigeon. Le dosage est les suivant : 1 vol de chaux, 2 à 3 vol d’eau. L’application se fait à l’aide d’un gros pinceau, comme celui à encoller la tapisserie mais avec des soies de porc ou de sanglier. J’ai appliqué ce badigeon en 3 couches croisées, j’aurai également pu adjuvanter avec une charge comme le blanc de Meudon ou le blanc de St Jean afin de couvrir plus aisément les aspérités de l’enduit.

Voilà le résultat final.

Enduit chaux badigeon

badigeon blanc

Enduit chaux

Enduit chaux badigeon

Note : Les dosage mentionné ci-dessus comportant du sable son une base qui varie en fonction de la proportion d’eau et de fines dans votre sable. Un Sable mouillé « foisonne » et peu occuper 20% de volume en plus qu’un sable sec. Prudence donc.

Chantier réalisé à Theizé, près de Lyon dans le Rhône.

 

Corps d’enduit à la chaux ( la suite )

mur enduit chaux

L’automne dernier j’avais commencé un enduit sur un mur de clôture classique, en moellons. La seconde partie du mur ayant été dégagée d’un vieux cabanon, j’ai pu entreprendre la suite. Avant le corps d’enduit ( mortier bâtard ), un classique gobetis au ciment. Je pense que la prochaine fois je réaliserai le gobetis au bâtard ( ciment – chaux ) pour faire un corps d’enduit uniquement à la chaux.

Enduit lissé truelle

Enduit chaux taloché

Au cours de ce corps d’enduit j’ai pu procéder à quelques essais, comme une finition directe à la truelle que je trouve d’un bel effet, peu être à renforcer par une patine. Par soucis d’approvisionnement mon client m’a fourni deux sables différents, un de rivière assez terne avec lequel j’ai fait les 2/3 du mur, et un sable de carrière plus coloré. Etant donné qu’il ne s’agit la que d’une couche de dressage, la différence de couleur n’est pas importante, l’enduit de finition s’apposera par dessus. En revanche ces deux sables ne se travaillent pas de la même manière. Un sable de carrière étant plus riche en fines, le dosage en chaux devra être moindre. Et oui attention donc, sur les premiers mètres je n’ai pas changé mon dosage, résultat : faillençage de l’enduit qui était trop gras. A l’application cela se remarque, l’enduit est trop crémeux, et à tendance à tout éclabousser. La encore ce n’était pas grave pour une couche de dressage, mais en finition ça ne pardonne pas. Pour préparer l’accroche de l’enduit de finition j’ai gratté l’enduit, avec une taloche a pointe, une brosse dure, ou le tranchant de la truelle. La suite pour bientôt !

corps d'enduit batard

 

Enduits Terre-Paille-Chaux avec Thierry Baruch de Formaterre

façade pisé ciment

 

Le 31 mars dernier je me suis essayé aux enduits terre paille chaux sur une maison en pisé à l’Arbresle ( 69 ). Ce fut l’occasion de faire la connaissance de Thierry Baruch, un pionnier de la restauration du bâti en pisé. Au menu, un enduit de réparation qui respect le matériaux terre : Le mélange terre – paille – chaux, qui est un bon compromis. La terre permet de conserver l’accroche avec le support qui est de même nature, la paille, en plus d’être légèrement isolante, fibre le mortier ce qui permet de charger en épaisseur, enfin, la chaux assure la cohésion de l’ensemble et permet à cet enduit de « tirer » plus rapidement.

facade pisé terre paille chaux

L’application de cet enduit peu être faite par un néophyte : on réalise une boule que l’on projette à la main et que l’on étale ensuite ( avec des gants bien sur, la chaux est irritante ). On se rend compte qu’a plusieurs, cela avance.

Enduit terre paille chaux

Pour ma part je me suis surtout occupé de la réalisation des enduits du soubassement : chaux – sable – liège ( vrac ) qui étaient plus techniques. Au final, malgré le mauvais temps, ce fut une belle journée, je recommande à tous ce type de chantier bénévoles, enrichissants techniquement et humainement.

Jérémy Cohen

Les prochaines dates :

Les 25 et 26 mai 2013 : Terre/Paille /Chaux (façade EST)
Les 08 et 09 juin 2013 : enduit de finition (façade EST)

à retrouver sur http://www.formaterre.org/