Mur de Liergues, suite et fin

Ça y est, après 2 mois et demis de travaux, tantôt sous la pluie, la grêle, les pieds dans la boue le chantier est arrivé à son terme. Si vous n’avez pas suivis le début des travaux commencez par ici. Voici donc quelques photos des dernières étapes de restauration de ce mur en pierre.

Mur en pierre dorée

Progression de la maçonnerie de pierre sur un seul parement, et scellement des couvertines en pierre.

parements mur en pierre

Vue des deux parements qui se désolidarisent, la solution : écrouler le parement bombé et le rebâtir en soignant l’appareillage, le tout avec un mortier de chaux hydraulique tout neuf.

rejointoiement mur en pierre

Voici le décroutage et rejointoiement de la deuxième face du mur.

mur joints creusés

Mon amis Carlos est venu me prêter main forte dans les derniers jours, sa présence m’a bien soulagé. Si vous cherchez un bon maçon du bâti ancien dans la région de Grenoble vous pouvez faire appel à lui -> Carlos Salazar à Fontaine (38)

hourdage des pierres

Hourdage des pierres au mortier de chaux, ici pour une arase accueillant les couvertines.

joints à la chaux

Joints à la chaux

Mur en pierre dorée

Vue d’ensemble de l’ouvrage qui mesure 17 mètres de long.

Allez je vous fais un avant – après pour voir la différence :

Avant

Mur en pierre écroulé

Après

Mur en pierre dorée

Avant

Restauration mur en pierre joints chaux mur en pierre joint ciment

Après

mur rejointoyé

Parement du mur en pierre rejointoyé à la chaux.

Mur en pierre dorée

Intégration du mur restauré dans l’existant, le muret du bar et l’escalier étant réalisé par le client. Retrouvez toutes les étapes de ce chantier dans la rubrique maçonnerie de pierres.

Chantier réalisé à Liergues, près de Lyon, dans le Rhône.

 

En stage à l’École d’Avignon

En formation à l’école d’Avignon
Ecolde d'Avignon
Très réputé pour ses formations qualifiante en restauration du patrimoine, l’école d’Avignon avait depuis quelques temps suscité mon intérêt, au point que je me laisse tenté par une formation : Enduits et badigeons, la gamme des finitions. Maîtrisant déjà la technique des enduits 3 couches, je me suis dit qu’il serait bien d’en maitriser tout les aspects, les applications possibles en fonction des supports, et les finitions.

Le moins que je puisse dire c’est que je n’ai pas été déçu. Notre formateur, Thierry Saye était un incollable en la matière : 15 ans de restauration du patrimoine, principalement sur des enduits. Pas une de mes question n’a été laissé sans réponse, et pourtant, j’en avais un plein carnet !

Dans un premier temps voici quelques clichés du bâtiment de l’école, un lieu magique, plein d’histoires, d’aménagement successifs, situé en plein cœur d’Avignon.

ecole d'avignon ecole d'avignonecole d'avignon Chapelle

Au menu, cours théoriques sur la chaux, les dosages, la dépose de l’enduit, puis enfin la pratique : projection de l’enduit, à la truelle, la taloche, la taloche suisse, l’importance de la gestion de l’eau dans l’enduit.

P1060609

Ici un type de finition appelé colature à la chaux en pâte, qui vient fermer l’enduit en lui donnant un effet stuqué.
fausse pierre platre chaux & patine

Nous avons également appris à tirer parements de fausse pierre de taille et des moulures en plâtre – chaux – sable, un mélange qui imite parfaitement la pierre.

modernature platre chaux

La moulure est tirée à l’aide d’un gabaris, le mélange plâtre – chaux à l’avantage ( et l’inconvénient ) de tirer très vite.

Moulure platre chaux

Le stuc Marmorino
Stuc vert

L’application d’un stuc marmorino, attention tous les gestes détaillé « non tu incline trop ta lisseuse, non pas assez, dans l’autre sens etc… » tant de geste qui ne peuvent se transmettre que face à face.
bossage

L’étude des badigeons, eaux fortes, patines : l’incidence de la proportion de chaux sur la saturation des couleur et l’aspect couvrant de ces finitions. Les différents pigments : ocre, sienne, ombre, oxydes.Réalisation de frise en badigeon et bossage ( trompe l’oeil de pierres en relief )

frise

Au final une formation très enrichissante qui ma permis de perfectionner ma pratique des enduits à la chaux tout en apprenant de nouvelles finition que je peux dès à présent proposer à mes clients.

 

Rejointoiement à la chaux d’un muret intérieur

mur en pierre déjointé

Voici donc un petit muret en partie construit par mon client, il s’est plutôt bien débrouillé, les différences entre la partie existante et la partie rebâtie se distinguent à peine. Ainsi donc pour que ce mur soit parfait il restait à le rejointoyer.

joints chaux mur en pierre

Joints chaux brossés

Toutes les chaux n’ont pas la même teinte, est utilisé ici une NHL 3,5 de chez Lafarge, qui n’est pas ma préféré. Les chaux hydrauliques sont plus ternes que les chaux aériennes qui, elles préservent la teinte du sable. Celle de Lafarge à une teinte grise, proche du ciment à l’application, et blanchis au séchage. Je ne la recommande pas forcément pour les joints en intérieur, une chaux aérienne comme la St Hilaire ( type CL 90, produite a 30km de chez moi ) offre un résultat plus harmonieux en laissant transparaitre la teinte du sable.

Joints chaux brossés

Rejointoiement d’un mur en pierre

joints au ciment

Sur mon chantier de Liergues ( commune du Rhône, au nord ouest de Lyon ), j’avais tout un pan de mur à décrouter puis rejointoyer. Sur la photo ci-dessus, on voit les pierres recouvertes par un joint ciment. Par chance les maçons de l’époque n’avaient pas bourré le mortier jusqu’au fond des joints, le ciment était donc facile à enlever sur la partie supérieure du mur. Pour le bas par contre ce fut bien plus fastidieux.

Voici donc l’aspect du mur, une fois les joints en ciment dégagés.

joints décrouté

Et après remplissage des joints avec un mortier de chaux.

Joints à la chaux

La suite et fin dans le prochain article ou vous verrez le mur fini.

 

Corps d’enduit à la chaux ( la suite )

mur enduit chaux

L’automne dernier j’avais commencé un enduit sur un mur de clôture classique, en moellons. La seconde partie du mur ayant été dégagée d’un vieux cabanon, j’ai pu entreprendre la suite. Avant le corps d’enduit ( mortier bâtard ), un classique gobetis au ciment. Je pense que la prochaine fois je réaliserai le gobetis au bâtard ( ciment – chaux ) pour faire un corps d’enduit uniquement à la chaux.

Enduit lissé truelle

Enduit chaux taloché

Au cours de ce corps d’enduit j’ai pu procéder à quelques essais, comme une finition directe à la truelle que je trouve d’un bel effet, peu être à renforcer par une patine. Par soucis d’approvisionnement mon client m’a fourni deux sables différents, un de rivière assez terne avec lequel j’ai fait les 2/3 du mur, et un sable de carrière plus coloré. Etant donné qu’il ne s’agit la que d’une couche de dressage, la différence de couleur n’est pas importante, l’enduit de finition s’apposera par dessus. En revanche ces deux sables ne se travaillent pas de la même manière. Un sable de carrière étant plus riche en fines, le dosage en chaux devra être moindre. Et oui attention donc, sur les premiers mètres je n’ai pas changé mon dosage, résultat : faillençage de l’enduit qui était trop gras. A l’application cela se remarque, l’enduit est trop crémeux, et à tendance à tout éclabousser. La encore ce n’était pas grave pour une couche de dressage, mais en finition ça ne pardonne pas. Pour préparer l’accroche de l’enduit de finition j’ai gratté l’enduit, avec une taloche a pointe, une brosse dure, ou le tranchant de la truelle. La suite pour bientôt !

corps d'enduit batard

 

Enduits Terre-Paille-Chaux avec Thierry Baruch de Formaterre

façade pisé ciment

 

Le 31 mars dernier je me suis essayé aux enduits terre paille chaux sur une maison en pisé à l’Arbresle ( 69 ). Ce fut l’occasion de faire la connaissance de Thierry Baruch, un pionnier de la restauration du bâti en pisé. Au menu, un enduit de réparation qui respect le matériaux terre : Le mélange terre – paille – chaux, qui est un bon compromis. La terre permet de conserver l’accroche avec le support qui est de même nature, la paille, en plus d’être légèrement isolante, fibre le mortier ce qui permet de charger en épaisseur, enfin, la chaux assure la cohésion de l’ensemble et permet à cet enduit de « tirer » plus rapidement.

facade pisé terre paille chaux

L’application de cet enduit peu être faite par un néophyte : on réalise une boule que l’on projette à la main et que l’on étale ensuite ( avec des gants bien sur, la chaux est irritante ). On se rend compte qu’a plusieurs, cela avance.

Enduit terre paille chaux

Pour ma part je me suis surtout occupé de la réalisation des enduits du soubassement : chaux – sable – liège ( vrac ) qui étaient plus techniques. Au final, malgré le mauvais temps, ce fut une belle journée, je recommande à tous ce type de chantier bénévoles, enrichissants techniquement et humainement.

Jérémy Cohen

Les prochaines dates :

Les 25 et 26 mai 2013 : Terre/Paille /Chaux (façade EST)
Les 08 et 09 juin 2013 : enduit de finition (façade EST)

à retrouver sur http://www.formaterre.org/

Un mur en pierres dans le Beaujolais (1/3)

mur pierre abimé

Voici un mur de clôture proche de Villefranche, au sud du beaujolais, long d’environ 17 mètres de long sur 1,5 mètre de haut en moyenne. Le mur est partiellement écroulé sur un parement, l’autre parement tient a cause de l’incrustation du ciment dans les joints.

mur en pierres dorée

La première étape était donc de rebâtir le parement écroulé. Ma première préoccupation était de savoir si j’allai laisser les couvertines ou les faire tomber pour des raisons de sécurité. J’ai tombé les premières qui étaient trop endommagées, et ai laissé les suivantes qui étaient plutôt stables. Deux guides et un cordeau plus tard le mur monte petit à petit, une assise après l’autre.

mur pierre écroulé

mur en pierre, parement écroulé

Le ciment à ici accéléré la dégradation du mur, celui-ci ne pouvant évacuer correctement son humidité, le mortier à base de terre qui liait les deux parements s’est dégradé. Les pierres n’étant pas assez encastré à l’intérieur du mur ( on parle de manque de boutisses ) ainsi qu’une disposition parfois en dévers ( CAD que la pente des pierres est orienté vers l’extérieur du mur, et que les pierres on tendance à glisser vers l’extérieur ).

mur pierre intérieur

On voit ici, que j’adopte un appareillage régulier, bien que les pierres ne soient pas équarries. J’utilise les pierres qui vont le plus profondément possible dans le mur, c’est ce que l’on appelle une disposition des pierres en boutisse, afin de donner un maximum de cohésion entre les deux parements. Le Mortier employé est un mortier de chaux et de sable. Le sable utilisé est un sable de Saône, pauvre en fines, je l’ai donc complété avec un peu de terre locale ( minérale ) tamisée. La terre teinte le mortier et colore les légèrement les joints.

joints chaux mur en pierre

Voilà, et il reste encore une bonne partie à rebâtir, la suite très bientôt…

vue du dessus mur en pierre

 

Règles de restauration sur le bâti en pisé

La pisé est considéré à tord comme un mauvais isolant, c’est ce que l’on peut en déduire en appliquant les mêmes calculs de résistance thermique que pour les bâtiments contemporains. La réalité est en fait plus complexe, le pisé se démarque par sa faculté d’emmagasiner l’eau présent dans l’air et de ce fait de réguler l’humidité de la maison. De plus la terre possède un bon déphasage thermique ce qui permet également d’emmagasiner la chaleur ou la fraicheur et de la restituer plus tard. C’est un matériaux magique me direz vous ! Oui mais il est malheureusement maltraité dans la plupart des cas. Pour permettre ces réactions il est indispensable de le laisser « respirer ». A titre d’exemple un enduit au ciment ou un doublage en placoplâtre… ce n’est pas respirant. Que ce passe t’il alors ? L’humidité reste piégée dans le mur et remonte jusqu’a trouver un espace ou s’évaporer. L’accumulation de l’humidité peu altérer la structure du matériau parfois même jusqu’a devenir… de la boue ! Il est donc indispensable de prendre soins de nos bâtisses en pisé si on ne veut pas les voir disparaitre d’ici le prochain quart de siècle. La première étape est d’enlever tout enduits étanches sur la façade extérieure. Si l’on est pas amoureux des façades en terre brute, on peu toujours appliquer un enduit chaux aérienne ou NHL2 / sable, de fine épaisseur. Quand aux surfaces intérieures exit les revêtements et isolations contemporaines. Si l’on souhaite conserver tous les avantages du pisé on ne peut appliquer que des enduits à base de terre ou de chaux très peux hydrauliques. Il est très probable qu’au fils des années le mur ait un peu souffert, ou ne soit pas très régulier. Il est possible de rattraper ces imperfections avec un corps d’enduit ( terre ou chaux ) épais fibré avec de la paille, du chanvre, ou pourquoi pas des fibres animales.  Il est également important de laisser respirer le sol, anciennement en terre battue, il est possible de faire une dalle, mais une dalle de chaux, dont la résistance sera suffisante pour nos pieds, mais attentions pas pour les véhicules.

 

Un mur en pierres sèches dans le Beaujolais

Un client souhaitait réaliser un mur de soutenement, la première chose qui lui vint à l’idée était de poser des agglos creux, avec ferraillage et une bonne grosse dose de béton pour tenir le tout. Autant dire que dans un village typique en pierre dorée du beaujolais je trouvais cela un peu… dommage. Je lui ai alors proposé un mur en pierre sèche. Pierre sèche ? Kesako ? Comment ça il n’y a pas de ciment ? Mais ça tient comment ? Telles sont les questions du néophyte en la matière. Quelques explications :

mur pierre sèche, pierres dorées

Le mur en pierre sèche est un mur ou il n’y a en tout et pour tout que de la pierre. Le mur est maintenu par son propre poids, cela implique un appareillage très soigné et un calage minutieux des pierres pour les bloquer. Sur un mur de soutenement il y a grosso modo 2 appareillages possibles : régulier ou opus incertum. L’opus incertum consiste à organiser les pierres de manière non régulière, un genre de « chaos organisé », la pierre dorée étant un calcaire lité, cette pierre ce prête d’avantage à un appareillage régulier, avec des assises droites. En gros on dispose les pierres en rangs, et si on est exigent en posant la règle et le niveau tout doit être droit. Autant dire que pour beaucoup c’est se compliquer la vie et que les artisans maçons rechignent un peu à proposer ce type d’ouvrage. Qu’importe ! La pierre sèche est avant tout affaire de passion et de respect du travail réalisé par les anciens qui n’avait pas les mêmes moyens qu’aujourd’hui. Et encore, avec zéro moyen et du temps, ils sont parvenu à réaliser des ouvrages aujourd’hui multi-centenaires, objectif que le béton armé aura du mal à tenir.Décaissement fondations mur en pierre sèche

Bref revenons à nos moutons, comment monte t’on un mur en pierres sèches ? Tout d’abords il faut commencer par décaisser et préparer les fondations. Travail fastidieux quand on se trouve sur un socle rocheux, mais en même temps gage de stabilité pour l’ouvrage. Une fois que l’on à pu obtenir une semelle de départ à peu prêt droite, on peu monter le premier rang, puis le deuxième pour arriver à quelque chose de réellement plan. Chaque pierre doit avoir 5 de ses 6 face totalement droites, sans bosses, ni pentes vers l’extérieur ( le dévers ), ce qui demande du coup un peu de taille de pierre. Si les pierres proviennent d’un banc bien droit, ou que l’on commande des moellons déjà équarris ce travail est réduit, si comme moi on décide de prendre les pierres du terrain… accrochez vous, ce sont des journées de tailles qui vous attendent. Qu’importe ça forge l’âme, c’est en taillant que l’on devient un bon maçon du patrimoine, c’est ce que je me dit du moins.

premier rang pierre sèche

mur en pierre sèche, pierre dorée de Charnay mur en pierre sèche, pierre dorée du beaujolais

Il est courant que même en ayant un pierre bien droite, celle-ci une fois posée ait encore  du jeu. Pour cela on va utiliser des « fourrures », non pas celle des animaux ! Les fourrures sont les résidus de la taille de pierre, des éclats fin avec un angle très aigus. Idéal pour caler les grosses pierres. Et enfin derrières les pierres de parement on ne va pas mettre directement de la terre, mais de petites pierres sans formes particulière, le reste des résidus de la taille de pierre. Cela a pour but de faciliter l’écoulement de l’eau, c’est un drain naturel. Comme quoi en pierre sèche, il n’y a pas de déchets, tout se réutilise.

mur pierre sèche, pierres dorées mur pierre sèche, moellons équarris

Chantier réalisé à Charnay, près de Lyon, dans le Rhône.

 

Guédelon

En septembre dernier je suis parti dans l’Yonne vivre l’aventure de Guédelon, un château fort dont les travaux on débuté il y a 12 ans avec uniquement les moyens et techniques du XIII eme siècle. J’ai prêté mes compétences pendant une semaine en temps que bénévole ( enfin bâtisseur dans leur jargon ) une expérience qui mérite ce petit article. C’est donc loin de mes terres que je suis allé me perdre, à 50 minutes d’Auxerre, dans une région au patrimoine très riche malgré ce que j’aurai pu penser.

P1050898

A peine arrivé j’ai la chance de pouvoir faire la visite guidé avec les touristes en compagnie de Ted un gros bonhomme barbu ( pardon pour lui ) mais si jamais vous y allez, cela vaut le coup de faire la visite avec lui. Bref après cette leçon d’histoire, et en avoir pris plein les yeux vient l’heure de mettre la main à la patte !

 

P1050914

C’est ainsi donc qu’en tant que maçon j’ai été parachuté sur des travaux de maçonnerie, une cheminée pour commencer. Ce fut un petit exercice de dépôt de pierres de taille et découvertes des outils de l’époque. Le lendemain je découvris la fabrication des mortiers de l’époques, préparés à base de chaux aérienne en pâte et de deux sables différents ( carrière et rivière ). Un exercice bien physique, et oui, vu qu’il n’y avait pas de bétonnière au XIII eme siècle. Le contact avec les touristes et les étudiants était bien sympa, explication du cycle de la chaux et de la fabrication du mortier. Le jour suivant j’ai appris à fabriquer des tuiles, simplement à partir de la glaise présent sur place.

IMG_9406P1050904

Une petite journée taille de pierre, ou les tailleurs de pierre m’on appris à perfectionner le geste et les techniques. Enfin dernière journée, maçonnage d’une coupole et taille de la pierre locale : un grès ferrugineux lité.

IMG_9465

Et voila suite à cette journée je suis parti, avec de l’expérience et des savoirs que l’on ne trouve pas dans la première entreprise du coin. Un grand merci à tous ceux qui ont donné de leur temps pour moi.