Mur de soutenement en pierres

Mur soutenement en pierre

Voici un exemple d’intégration d’un ouvrage récent avec de l’ancien : Le prolongement d’un mur de soutenement. La première partie sur la gauche date de plus de 100 ans, et le prolongement ( à partir du renfoncement avec les gaines ) est lui tout neuf. Monter un mur intégralement en pierres est une opération longue couteuse que peu de clients peuvent se permettre. Ce qui à été décidé ici, c’est de monter un mur en agglo-banché ( un mur classique de soutenement avec ferraille et béton ) et de monter en parement uniquement de la pierre. Des couventines en pierre de taille on été posées par la suite.

Mur en pierre Lyon

Mur en pierre parement LyonMur en pierre parement Tassin

Mur en pierre parement granite

Jérémy Cohen, Maçonnerie de pierre, pisé et enduits à la chaux

à Tassin-la-demi-lune et en Rhône Alpes

Chantier réalisé avec la collaboration de l’entreprise Hervé Martineau Maçonnerie

Ma maison en pisé est elle saine ?

mur pisé

Pour vous mettre dans le bain, je vais commencer par ceci : En Rhône Alpes, on estime à 3000 le nombre de murs en pisé qui s’écroulent par an, soit 3 murs par jours. C’est énorme, et il m’arrive tous les jours de m’arrêter devant un mur en pisé pour me dire « quand celui-ci tombera t’il ? » Cela veut il dire que le pisé est un mauvais mode de construction, et que toutes les maisons en pisé sont vouées à s’écrouler ? Clairement non ! Le pisé, ( ou technique de terre comprimée entre banches ), et un mode de construction incroyable et durable pour peu que l’on sache entretenir sa maison.

La plupart des murs en pisé qui s’écroulent on été victime de mauvais traitements :  Le pisé est une technique de construction ancienne, oubliée des maçons traditionnels qui la traite comme le bâti actuel. Enduits étanches, dalles en béton, élévation du niveau du sol, sont autant d’opérations courantes sur ce bâti, qui entraine néanmoins sa perte. Pour espérer conserver sa maison en pisé encore quelques siècles il faut respecter quelques points fondamentaux que je vais vous énumérer :

Le pisé doit respirer : Un mur en pisé est un mur en terre, sa structure et sa solidité dépend en majorité de son taux d’humidité. Le liant de ces murs massifs est l’argile, et plus précisément l’eau présente entre ces plaquettes d’argiles. Trop d’eau, et une masse solide de terre se transformera en boue. C’est la même chose pour les murs en pisé. Damée et compressée à l’état légèrement humide, la terre qui compose les murs en pisé à pris une forme dense, sous l’effet d’un excédent d’eau, la terre damée perd sa structure initiale pour devenir une terre creuse et friable.

Le pisé doit être protégé des infiltrations d’eau en son sommet : pour cela il est important d’entretenir sa toiture et de repérer rapidement les désordre qui amènerai l’eau a ruisseler contre le mur.

Le pisé doit être surélevé du niveau du sol pour éviter que l’eau présente dans celui-ci ne remonte par capillarité et déstructure ainsi le pisé. C’est à cela que serve les soubassement en galet, briques, ou pierres diverses. Si les murs en pisé étaient directement au contact du sol, ils s’imbiberai d’eau très rapidement.

Aujourd’hui, sur nombre de construction, le constat est alarmant, car aucun de ces principes simple n’est respecté!

A cause des aménagements contemporains et à la volonté de maquiller une maison en pisé pour qu’elle ressemble à une maison moderne, on ne voit pas les dégats sur le gros oeuvre : crépis étanche à l’extérieur, doublage placo en intérieur. Aujourd’hui le particulier qui achète une maison en pisé, ne sais pas en quel état se trouve le bâtiment.

Mais alors, dans quel état se trouve ma maison en pisé ?

Il faut dans un premier temps guetter les signes extérieurs : fissures, traces d’humidité, odeur ou sensation d’humidité à l’intérieur. Tout cela reste néanmoins très approximatif, pour connaitre réellement l’état de sa maison, il faut casser : faire des saignées sur le crépis extérieur ou sur les doublage intérieur, au besoin tomber les doublage intérieur sur les parties les plus exposés à l’humidité, et tomber les enduits extérieurs si ils sont étanches. Pour beaucoup de particuliers c’est une étape fastidieuse et embarrassante car on vient détruire quelque chose d’a priori fini. Mais en réalité, dans de nombreux cas c’est indispensable.

Voici un exemple d’une maison, qui à première vu semble saine. Qui pourrait se douter qu’elle est sur le point de s’effondrer? Et pourtant… La première saignée laisse apparaitre des reprises en bétons effectuées il y a bien des années de cela. C’est un premier indice.

mur en pisé enduit ciment

En enlevant tout l’enduit au niveau du soubassement on remarque que ce mur a déjà subit de lourdes intervention car il a été attaqué par l’eau. C’est la quasi absence de soubassement en pierre qui en est la cause. La reprise superficielle faite à l’époque n’était pas adapté, car elle n’empêchait pas l’eau de remonter à l’intérieur du mur.

mur en pisé soubassement

Résultat, le pisé en partie basse est « mort », la terre est friable, le mur se creuse a la main, le mur tient, mais on ne sais par quel enchantement.

mur en pisé endommagé

 

Chantier réalisé avec la collaboration de l’entreprise Hervé Martineau Maçonnerie

Pour cette maison une reprise d’urgence à été effectuée, la partie morte du pisé à été dégagée et remplacée en sous oeuvre par un matériaux solide.

Encore faut il avoir le temps de s’en rendre compte, c’est pourquoi je recommande à tous les possesseurs de maison en pisé recouverte d’un enduit étanche de pratiquer des saignées extérieures ou intérieures pour constater l’état de leur pisé. Certains points particuliers peuvent demander l’avis d’un professionnel avertis. Voici pour finir une vidéo, ( parce que j’aime bien les vidéos ) pour vous aider à vous décider. Je reviendrai dans un autre article sur les techniques de préservation du pisé.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=O-Nmxxe7lSg&w=560&h=315]

Chantiers réalisé à Villefranche-sur-Saône et Lentilly, non loin de Lyon dans le Rhône en collaboration avec l’entreprise Hervé Martineau.

 

Mur en parement de luzerne

Luzerne ou luserne ? Telle est la question. En tout cas c’est un ouvrage en parement de pierre qui m’a été demandé, pour masquer un crépis qui se désagrégeait. Voici un petit diaporama photo pour voir les différentes étapes de cette construction.

mur de clôture en agglo

Premiere étape : la purge de l’enduit instable.

Arase béton sur mur en agglo

Coffrage d’une arase de niveau, avec les poteaux de grillage.Arase béton et parement de pierre

Arase béton et parement de pierrep1070012

Pose des premières pierres.

Pierre parement sur mur

Progression de l’ouvrage.

Pose pierre en barette

Moi, en train de chercher la bonne pierre ( on y passe du temps mine de rien ).

Parement de pierre luzerne

Le rendu final : ça donne envie de piquer une tête !

Parement de pierre luzerneParement de pierre luzerne

 

Chantiers réalisé à Tramoyes, non loin de Lyon dans le Rhône.

 

Corps d’enduit à la chaux sur une façade en pierre

Voici un petit article pour illustrer ce qu’est un corps d’enduit à la chaux, traditionnellement appliqué sur un mur en pierre. Selon le type de maçonnerie le corps d’enduit peu être appliqué directement sur le mur si les joints sont creux, nettoyés et ne comportent plus de morceaux de ciments ou de plâtre. Dans ce cas il se fera en 2 passes, la première pour venir boucher les joints, et la deuxième pour dresser le support. Dans la pratique ces 2 étapes sont réalisées le même jours. Dans la mesure du possible j’essaye de le découper en 3 étapes : remplissage des joints, gobetis, corps d’enduit. Avec idéalement 5 jours entre les joints et le gobetis et 24 heures entre le gobetis et le corps d’enduit, mais ce n’est pas toujours possible.

Corps d'enduit chaux

Cet enduit est appliqué à la truelle, avec la technique du jeté recoupé ( on jette et on enlève le surplus avec le tranchant de la truelle ). Ce mouvement demande un certain temps avant de venir de manière naturelle. En comparaison avec une machine à projeter ( je dis ça car les façadiers rigolent en me voyant travailler à la main ) je n’ai aucune contrainte sur la grosseur de mon sable, ni le dosage de mon mortier, qui n’a pas besoin de ressembler à une soupe de plastique fondue pour passer dans les tuyaux. C’est ainsi que l’on travaille en respectant l’existant et surtout en se respectant soi-même. Méfier vous des sois-disant crépis respirant à base de chaux, surtout à base de plastifiant et de ciment ( parce que sinon ça ne tiens pas c’est bien connu ! ).

Corps d'enduit chaux sur mur en pierre

Bien entendu cet enduit est une couche intermédiaire avant la finition, mais les anciens le laissait parfois tel quel sur les façades qui n’étaient pas très importantes. Cela dit pourquoi les anciens laissaient ils un enduit inachevé plutôt que de laisser leur belles pierres apparente ? La question a 100 000 €. Je vous laisse réfléchir.

Enduit chaux

Et bien parce que les anciens savais que sans enduit leur mur se dégraderait plus vite, et quand je parle du mur je parle bien de sa structure, pas uniquement son aspect. Cela est d’autant plus vrai si les joints de maçonnerie sont épais ( petites pierres et beaucoup de mortier, contre grosses pierres bien taillées et peu de mortier ). Les pierres apparente sont une mode, j’y reviendrai dans un autre article, tout comme peindre les pierres avec une peinture au plomb l’a été quelques décennies en arrière. Si vous comptez transmettre votre maison dans un bon état ne négligez pas la nécessité de protéger votre mur par un enduit à la chaux.

Vous voilà prévenu !

Corps d'enduit chaux sable

Chantier réalisé à Givors, non loin de Lyon dans le Rhône, avec la collaboration de l’entreprise Hervé Martineau Maçonnerie.

Création d’une arase sur un mur en pisé

Les têtes de mur en pisé son parfois endommagées avec le temps, et pour la dépose d’une nouvelle charpente il est préférable d’avoir un support plat qui ne fasse pas travailler le pisé en cisaillement, d’ou la réalisation de ce type d’arase.

arase de mur en pisé

Pour ce chantier l’arase à été rehaussé avec des briques monomurs qui ont l’avantage d’avoir une épaisseur parfois très proche des vieux mur en pisé, surtout en partie haute. Le tout a été chainé et rempli avec un béton de chaux.

arase de mur en piséarase de mur en pisé

 

Chantier réalisé avec la collaboration de l’entreprise Hervé Martineau Maçonnerie

 

Création d’une ouverture dans un mur en pierre

Faire un ouverture dans un mur en pierre ce n’est pas sorcier, le tout est de travailler en sécurité. Il doit exister en tout une bonne dizaine de méthodes différente pour créer une ouverture : partir du haut, du bas, n’ouvrir qu’a hauteur du seuil ou n’enlever qu’un parement à la fois, étayer ou non… Voici en photo une méthode de démolition parmi toutes celles que je viens de vous citer. Réalisé en collaboration avec l’entreprise Hervé Martineau.

Ouverture mur en pierre

Ouverture mur en pierre

Ouverture mur en pierre

Ouverture mur en pierre

 

Rencontre avec Eric Aubert maitre artisan en Ebenisterie et Marqueterie à Tassin-la-demi-lune

Eric Aubert

Tout d’abords pourquoi parler d’un artisan restaurateur de meubles anciens, dans un blog de maçonnerie ? La réponse est simple, tout comme mon propre métier le restaurateur de meubles s’attache à préserver des ouvrages d’une autre époque. Pour ma pars je m’occupe de nos vieux murs, et nos maisons anciennes plus globalement, pour ce qui est de Mr Aubert il s’attache à préserver ces meubles, témoignages uniques du savoir faire de notre passé. C’est à mon sens un métier qui partage la même noblesse et un sens commun. J’ai choisi le métier de maçon du bâti ancien, pour ne pas avoir à me demander si ma journée aura un sens. Les métiers de l’artisanat, comme le mien, l’ébénisterie, et tellement d’autre, on la qualité, de plus en plus rare de nos jours, d’être des métiers ou l’on ne brasse pas de l’air. L’intérêt est évident, et le résultat visible, palpable, et surtout utile. Je restaure des bâtiments qui seront encore là dans des siècles, Mr Aubert restaure des meubles que l’on se transmettra de génération en génération.

Au fil de la discussion, Mr Aubert et moi même échangeons des anecdotes communes et dressons le même constat. Nos métiers sont malmenés, car les modes des vies changent. Les modes tout court d’ailleurs changent. Nous sommes de plus en plus confronté à un monde jetable, tout n’est que passager, l’endroit ou nous vivons, la couleur de notre papier peint, nos meubles, et même nos conjoints me glisse t’il non sans une pointe d’ironie.

J’approuve totalement ses paroles, et qui me contredira ? Cette liberté que nous avons de changer, ou plutôt ce besoin, savamment orchestré par un matraquage publicitaire omniprésent se fait au dépend de notre portefeuille et de notre planète. Si bien que l’on crois acheter quelque chose bon marché, et quelques années plus tard se retrouver obligé d’en racheter un autre, car le précédent est déjà foutu. Ce qui s’applique aux meubles pourrait s’appliquer à tant de choses : chaussures, imprimantes, frigidaires, voitures… Je ne parlerai pas ici de l’obsolescence programmée car je serais hors sujet. Mais cela nous amène vers une autre réflexion, qui est la clé de la survie de nos métiers.

Face à une montagne de produit pas cher, avec accessoirement une durée de vie limitée, quelle est la réaction d’un client lorsqu’il vient me consulter moi, ou un collègue artisan ? Le prix ! C’est cher !

Bien évidemment ! Je ne dis pas que tous les artisans pratiquent des prix corrects, mais la plupart des gens on perdu conscience  de ce qu’est un travail manuel. Confronté tous les jours à acheter des objets qui sortent des chaines de productions ou la main d’oeuvre est limité à son strict minimum. Le travail manuel s’en sort grandement pénalisé car sa vraie valeur n’apparait pas évidente aux yeux de tout le monde. Mais d’ailleurs, quelle est la vraie valeur de notre travail ? Si l’on devait la comparer à tous les produits qui sortent des usines ou de ces maison en kit, qui poussent comme des champignons. La valeur de notre travail se voit dans le temps, la ou notre travail traverse les âges pour durer 5 fois, dix fois, vingt fois plus longtemps que les produits « à la mode actuelle ». Nous travaillons avec des matériaux brut : le bois, la chaux, la pierre, la terre ( cuite ou crue )… Et des structures simples par assemblage, mortaisage, etc… La ou les techniques actuelles repose sur des matériaux composites éphémère : placo, contreplaqué, même le béton à une durée de vie limité ( entre 50 et 120 ans pour les bétons actuels ), et des assemblage fragiles ( visseries, clouage, joints colle, scotch ). L’enjeu de notre siècle, pour ne pas voir les savoirs faire des artisans disparaitre d’ici peu, est la sensibilisation sur ce qu’est l’investissement dans l’ancien ( maison, meuble, menuiserie, etc… ). C’est investissement se traduit certes par un prix plus lourd, mais en contrepartie par un ouvrage durable et chargé d’histoire. Ces deux valeurs : durabilité, histoire / patrimoine, auxquelles nous pouvons rajouter l’esthétique sont les valeurs clé de notre travail.

Armoire restaurée

Si je me permet d’écrire ce billet, c’est également que le secteur du meuble ancien traverse une crise. Les meubles anciens n’ont pas bénéficié comme le bâtiment de la bulle immobilière. Ces objets d’arts, inestimables car uniques, sont simplement en train d’être dévalorisé car ils sont soit-disant passés de mode : « Les meubles anciens, c’est vieillot », alors on les jettes. Nos appartements sont de plus en plus petit, alors «  plus de place pour l’armoire des grands parents ». La crise du meuble ancien se situe là. Alors qu’en réalité ils sont d’une richesse inestimable :

– Ils sont solide et durable dans le temps, la plupart on plus d’un siècle, sont fait dans un bois de qualité ( aujourd’hui il faudrait pas moins de 700€ de bois uniquement pour refaire une armoire d’époque ).

– Ils sont beaux, témoignent du savoir faire de nos ancêtres, leurs forme sont variés en fonction des époques,et ils sont simple d’entretiens. Les meubles que nous achetons aujourd’hui à Ikéa, ou Conforma, Fly et j’y passe, seront dans quelques années les meubles au revêtements décollés, et moche que nos parents ou grands-parents ont dans leurs cuisine des années 60-70.

Pour moi, les meubles anciens peuvent parfaitement s’intégrer dans un style moderne, il n’y a pas besoin de retourner à la mode des années 1850 pour être hype. Le bois massif, le métal et le verre peuvent se marier à merveille. Je pense que la véritable mode devrait être insufflé par nous autre, celons nos propre gouts, sans que cela nous soit dicté par le dernier magazine Ikéa en date.

Je vous invite à me faire partager vos intégrations de meuble ancien, dans vos intérieurs ou vos avis sur la question. Si vous résidez en région Lyonnaise, n’hésitez pas vous adresser à Mr Eric Aubert pour vos restaurations de meubles ancien, vous verrez c’est un bonhomme compétent et de surcroit bien sympathique.

Eric Aubert restauration de meuble ancien Tassin - Rhone

A la prochaine !

Rebatir un mur en pierre sèche à la Valette ( 38 )

Parc des Ecrins

C’est dans un petit village d’une cinquantaine d’habitants, bordant le parc des Ecrins, que je suis allé me perdre dernièrement. J’y ai rejoint l’équipe de l’association URM ( Université rurale Montagnarde ) chez qui j’ai fait mes premières armes en maçonnerie et restauration du patrimoine. L’idée était donc pour moi d’intervenir en tant qu’animateur technique afin d’encadrer et de transmettre les techniques de maçonnerie en pierre sèche à un groupe de jeunes. Je n’ai malheureusement pu rester que 2 jours sur la semaine que comptait les travaux, mais nous avions déjà pu aborder la plupart des techniques durant ce temps.

Chantier pierre sèche

Il s’agissait ici d’un mur de soutènement en pierre sèche, à différencier des murs de clôture qui, eux, ont deux parements et ne servent que de délimitation. L’objectif était de reprendre les parties effondrées du vieux mur et de les rebâtir. Simple, sur le papier, mais l’action du temps et des hommes complique un peu la tâche.

En effet, une fois le mur écroulé, la terre ravine derrière, les végétaux s’installent ( souvent les moins sympa comme les ronces ) et les pierres qui ont pu tombé au sol disparaissent, emmenées par des personnes qui en auraient eu besoin.

Autant dire qu’avant d’attaquer la maçonnerie, un gros travail en amont s’impose :

– Décaisser la terre en trop derrière le parement à rebâtir
– Enlever les souches des arbres trop proches
– Dégager les végétaux incrustés dans les parties encore saines du mur
– Approvisionner en pierres pour rebâtir

Chantier pierre sèchesouche d'arbre  Chantier pierre sèche

Pour ce qui est de la préparation du mur, nous avions des bras et ils étaient motivés, autant dire que les jeunes ont abattu un travail impressionnant. En une seule journée presque la totalité de la surface était dégagée.

Chantier pierre sèche

Pour l’approvisionnement en pierre, nous avons reçu l’aide d’un agriculteur qui avait quelques pierres encombrante dans ses champs. C’est donc avec plaisir qu’il nous en a apporté quelques mètres cubes avec son tracteur.

C’est au deuxième jour que le remontage du mur à été entamé. Nous étions deux professionnels à encadrer ce chantier. Le matin j’aidais à choisir les pierres de bon calibre dans les pierriers, et l’après midi petit remontage du mur avant d’être interrompu par un orage.

Mur en pierre sècheMur en pierre sècheMur de soutènement en pierre sèche

Ci-dessus la partie rebâtie par le collègue tailleur de pierre.
Et ci-dessous la partie que j’ai entamée avec quelques jeunes.

Mur en pierre sèche Mur en pierre sèche

Les pierres sont très peu travaillées car très difficile à tailler, d’ailleurs sur le mur d’origine l’aspect est peu soignée car le rôle de ces mur est essentiellement de retenir la terre. Il faut néanmoins veiller à ce que l’appareillage soit correct pour ne pas voir le mur s’effondrer dans quelques décennies.

On essaye régulièrement de créer des lits de pierres droits, on appelle cela une assise, ce qui permet de croiser les joints de pierres et de solidifier l’ouvrage. On évite de poser les pierres avec une pente vers l’extérieur ( le dévers ) pour éviter que le mur ne « gonfle » ou que des pierres se déchaussent.

Mur en pierre sèche

On dispose derrière les grosses pierres, de petites pierres, ou bien les pierres qui ne sont pas assez jolies pour être disposées en parement. Cela permet de créer un drain naturel qui empêche l’eau de ruissellement de se charger de terre et donc de venir pousser le mur.

Voilà le chantier tel que je l’ai quitté, j’essayerai de me procurer une photo du mur fini.

Mur en pierre sèche

Chantier réalisé à la Valette, près de Grenoble dans l’Isère.

 

Joints de pierres à la chaux

Mur pierre sablé

Voici un mur intérieur en pierre qui à été sablé avec soin par mon client ( un brin bricoleur ). Néanmoins, réaliser les joints lui-même lui paraissait trop fastidieux. Qu’importe ! Je suis là pour ça ! C’est donc l’air serein, avec maintenant quelques rejointoiements à mon actif que je suis intervenu sur ce mur.

Joints à la chaux aérienne

J’en ai profité pour peaufiner ma technique : utiliser une chaux aérienne ( CL90 ) en intérieur pour laisser transparaitre la teinte du sable. Utiliser un sable 0-2 repassé au tamis ( je n’ai pas regretté du tout, un bonheur à appliquer, et une surface de joint totalement uniforme ). Faire le mortier de bonne consistance, avoir une gestion très précise de l’eau pour avoir un mortier suffisamment souple mais qui ne tache pas au contact de la pierre. L’application s’est faite à la langue de chat et avec un petit talochon à la place de la grosse taloche pour gaver les joints. Après un certain temps de séchage, on brosse les joints, ni trop secs, ni trop humide.

Et voilà le travail ! ( Le mortier fini de sécher par endroits et oui, il fait presque nuit, merci l’halogène ) Joints à la chaux sur mur en pierre

 

Mur en pierre rejointoyé à la chaux

Rejointoiement à la chaux d'un mur en pierre Joints à la chaux sur mur en pierre

Chantier réalisé à Theizé, dans le Rhône, région Rhône-Aples.

 

Mur de Liergues, suite et fin

Ça y est, après 2 mois et demis de travaux, tantôt sous la pluie, la grêle, les pieds dans la boue le chantier est arrivé à son terme. Si vous n’avez pas suivis le début des travaux commencez par ici. Voici donc quelques photos des dernières étapes de restauration de ce mur en pierre.

Mur en pierre dorée

Progression de la maçonnerie de pierre sur un seul parement, et scellement des couvertines en pierre.

parements mur en pierre

Vue des deux parements qui se désolidarisent, la solution : écrouler le parement bombé et le rebâtir en soignant l’appareillage, le tout avec un mortier de chaux hydraulique tout neuf.

rejointoiement mur en pierre

Voici le décroutage et rejointoiement de la deuxième face du mur.

mur joints creusés

Mon amis Carlos est venu me prêter main forte dans les derniers jours, sa présence m’a bien soulagé. Si vous cherchez un bon maçon du bâti ancien dans la région de Grenoble vous pouvez faire appel à lui -> Carlos Salazar à Fontaine (38)

hourdage des pierres

Hourdage des pierres au mortier de chaux, ici pour une arase accueillant les couvertines.

joints à la chaux

Joints à la chaux

Mur en pierre dorée

Vue d’ensemble de l’ouvrage qui mesure 17 mètres de long.

Allez je vous fais un avant – après pour voir la différence :

Avant

Mur en pierre écroulé

Après

Mur en pierre dorée

Avant

Restauration mur en pierre joints chaux mur en pierre joint ciment

Après

mur rejointoyé

Parement du mur en pierre rejointoyé à la chaux.

Mur en pierre dorée

Intégration du mur restauré dans l’existant, le muret du bar et l’escalier étant réalisé par le client. Retrouvez toutes les étapes de ce chantier dans la rubrique maçonnerie de pierres.

Chantier réalisé à Liergues, près de Lyon, dans le Rhône.